Laurent Masson commence à dessiner pour le plaisir des autres
dès l'école primaire où ses petits camarades lui demandent leurs personnages préférés. Au collège,
il réalise des illustrations pour ses professeurs de sciences naturelles et d'histoire. C'est à cette époque
qu'il rencontre le dessinateur et auteur de BD Frank ZIMMERMANN qui l'initiera aux ficelles du métier.
Au lycée, il remporte le prix 1994 de la Commission Hygiène et Sécurité organisée par le Département
des Pompiers de Lyon pour une affiche décalée mettant en avant la nécessité de préserver l'intégrité des
extincteurs au sein des établissements.A l'université, il crée un fanzine hebdomadaire narrant les aventures burlesques du Capitaine Furibond et s'offre sa première table à dessin avec les bénéfices.

Attiré par l'esthétique des œuvres japonaises contemporaines et traditionnelles,
il prend en 2001 un billet pour le Japon. C'est le coup de foudre et les deux semaines de séjour prévues
se transforment en 12 puis 36 pour finir par une installation permanente. Dans le bar Turquoise ,
il se lie d'amitié avec Shinji,l'otaku incollable de Kyoto. Il renoue avec la bande dessinée
avec le mensuel Le Petit Francophile dans lequel il publie sa BD Pop-Citron. C'est alors qu'il prend le pseudonyme d'Almokkan aussi décontracté en Alzare Mokkan. Tout en honorant diverses commandes graphiques au Japon grâce au réseau internet, il passe une bonne partie de son temps libre
à se gaver de mangas et à rencontrer divers artistes: partage d'inspiration et échange de
précieux conseils techniques. Il se met également aux blogs en mettant en ligne et en BD son quotidien
puis ses rêves avec la série des aventures d'Alzare Mokkan qui est désormais son nom de crayon.

L'été 2010 marque la rencontre avec un professeur d'art à la retraite qui l'invite à passer deux mois dans son atelier situé dans les montagnes de Kyoto
pour y étudier nuit et jour et y produire en vue d'une exposition. Ce seront en fait deux expositions qui suivront et d'être remarqué par Kodansha,
une des grosses maisons d' édition de Tokyo, après avoir atteint la 15ème place au concours organisé par KSF. Il est invité à venir présenter
son travail à la maison mère dans les mois suivants. Mais le dieu Namazu en décide autrement et c'est le séisme du 11 mars 2011.
Le tsunami qui suit une heure après amorce une triple catastrophe nucléaire qui perdure encore.
C'est le retour en France et à Lyon, sa ville natale.

Le moral revient avec de nouveaux projets ! l'aventure continue !!